sabato 9 aprile 2011

Il gay più vecchio del mondo?

Da Tetu, articolo di Patrick Thévenin:

Nos ancêtres du Enéolithique avaient-ils un rite dédié au «troisième sexe»? La découverte récente d'un homme enterré à la manière d'une femme pose la question...

Panique dans le monde de l’archéologie, avec la découverte récente, dans la banlieue de Prague, d’un squelette appartenant à un homme et dont le décès est daté entre 2900 et 2500 ans avant Jésus-Christ.

Rites funéraires
Car ce qui questionne et intrigue les archéologues est la manière dont cet homme a été enterré. En effet, à cette époque du Enéolithique (fin du Néolithique, parfois appelée Chalcolithique, période caractérisée par le développement de la céramique mélangée à des cordages), une attention toute particulière est accordée aux rites funéraires, qui ne sont pas les mêmes selon que l’on est un homme ou une femme, et évidemment selon sa position sociale dans la société.

Traditionnellement, à cette époque, les femmes sont enterrées couchées sur leur flanc gauche, la tête dirigée vers l'est avec des objets rappelant leur rôle domestique, tandis que les hommes le sont sur le côté droit, la tête à l’ouest, avec des instruments comme des couteaux ou des marteaux qui attestent de leur statut de guerriers…

«La seule explication»
Petit hic avec notre homme fraîchement déterré: il est couché sur le côté gauche, la tête dirigée à l’ouest. Bref, il emprunte à la fois aux coutumes masculines et féminines… Pour la spécialiste Kamila Remisova qui fait partie de l’équipe et qui vient de faire cette découverte, il ne peut s’agir d’une simple erreur, étant donné l’extrême attention portée aux rythmes funéraires à cette époque: «La seule explication possible est qu’il s’agissait d’un homme avec une orientation sexuelle différente de la norme, certainement un homosexuel ou un travesti.» Une explication renforcée par la présence de pots et de jarres aux côtés du corps, objets réservés à la gente féminine.

Le plus vieux gay au monde ne serait pas seul, ainsi cette thèse se trouve renforcée par la découverte récente également d’une femme guerrière datant du Mésolithique et enterrée comme les hommes de l’époque…
Comme quoi, tous les détracteurs de l’homosexualité, qui y voit une perversion typique du 20e siècle ou le déclin des valeurs occidentales libérales, vont devoir revoir leurs arguments haineux!

Nessun commento:

Posta un commento