mercoledì 26 settembre 2007

Iran: -Alors que sommes-nous?


«Alors, que sommes nous?» demandent des homosexuels iraniens à leur président
L'émotion est vive au sein de la communauté homosexuelle iranienne en exil, après que son président a assuré, lundi 24 septembre à New York qu'il n'y avait «pas d'homosexuels en Iran». «Alors, qui sommes-nous? Que suis-je?», demande par exemple Arsham Parsi, le directeur exécutif de l'Irqo, principale association homosexuelle iranienne, basée au Canada. Le cynisme de Mahmoud Ahmadinejad (photo, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies) a également choqué le militant Babak Amiri, réfugié en France: «J'ai ressenti de la haine, explique-t-il à Têtu. En même temps, comme ça tout le monde a enfin compris que s'il mentait comme Pinocchio sur les homosexuels, il pouvait mentir éhontément de la même manière sur la bombe atomique. C'est bien que ça serve au moins a cela: il s'est discrédité politiquement aux yeux du monde entier.» De fait, c'est le sens de la déclaration du président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants au Sénat américain, le démocrate Tom Lantos. Au moment de parrainer une loi intensifiant les sanctions contre l'Iran hier, le 25 septembre, il a déclaré: «J'aimerais pouvoir prendre Ahmadinejad au mot, mais il est évident que ce n'est pas possible. C'est le même homme qui, hier, a affirmé "notre peuple est le plus libre du monde" et "il n'y a pas d'homosexuels en Iran"». En Iran, la télévision a retransmis le discours d'Ahmadinejad à l'université de Columbia, mais en coupant le passage concernant les homosexuels. Aucun média de langue persane n'aurait repris les propos d'Ahmadinejad sur les homosexuels.

Nessun commento:

Posta un commento